Il fait gris

Nuages

Ici, c'est jaune, c'est bleu et c'est rouge. Le foin, les caps et la mer. Les couleurs primaires / mes besoins primaires. Ça c'est quand il fait beau, mais quand il fait gris, tout s'efface, et j'aime ça aussi. Avant même d'avoir l'idée d'un jour visiter Madeleine, je m'étais imaginé de quoi elle aurait l'air. Étrangement, je ne l'ai pas croisée le premier été, mais je l'ai trouvée l'année suivante, à la Pointe-aux-Loups. Elle était juste là, sous la pluie froide avec les cheveux dans le vent. J'avais imaginé ses dunes dans la brume, ses vagues calmes sur l'eau et son ciel gorgé de pluie - c'était ça, la Pointe-aux-Loups

La plupart des gens diraient qu'il ne fait pas beau, mais moi je les trouve magnifiques, les Îles de la Madeleine, camouflées dans ce gris infini. Il me donne envie d'aller dehors, de découvrir ce qui se cache un peu plus loin, derrière le brouillard. La plupart du temps, on pourrait très bien citer Cyrano de Bergerac : « C'est un roc!... C'est un pic!... C'est un cap!... Que dis-je, c'est un cap?... C'est une péninsule! », ... enfin presque. Quand la brume s'installe, pas le choix d'avoir la tête dans les nuages, c'est tout comme.

 

Comme une petite fraise des champs avant le temps. #fousdesiles #brouillard #ilesdelamadeleine

Une publication partagée par Alissa B. (@ali.bab) le 20 Mai 2018 à 9 :13 PDT

 

Les jours gris, c'est aussi enfiler ses bottes de « rubber » et espérer un peu de caler dans la boue jusqu'aux genoux. C'est se faire aspirer par la terre et se forcer à rester immobile un moment. Regarder autour, toujours, et se salir de nature: sel de mer, sable de plage, pluie du ciel et bain de boue. Les plages sont désertes, c'est le temps d'être égoïste. L'infini pour soi / pour toi et moi. Notre éternel silence se brise dans les mille gouttes qui s'écrasent sur mes joues, c'est froid, j'aime ça. L‘important, c'est d'avoir du beau temps dans la tête, tout le temps.

 

Mois de mai. Mois mouillé. #fousdesiles #ilesdelamadeleine #rainyday

Une publication partagée par Alissa B. (@ali.bab) le 5 Mai 2018 à 6 :04 PDT

 

C'est quand on revient à l'intérieur que ça frappe : on a ramené l'océan dans nos bottes. On a aspiré un peu de tempête, et on y a laissé la nôtre sur les berges : être vide en dedans, mais aussi pleine de vent. Finalement, c'est éclater de rire en même temps.

Aux Îles de la Madeleine, je trouve le ciel gris encore plus beau que le ciel bleu. C'est peut-être aussi juste parce qu'il me rappelle ses yeux.

Par Alissa Brunetti

Alissa est tombée par hasard sur les Îles de la Madeleine et n'en est jamais vraiment revenue. Elle a les cheveux pleins de sel, le coeur dans le vent et est fière d'appeler ces petites bouées au beau milieu du Golfe sa nouvelle terre d'adoption.

Vos commentaires





« Retour