Amarrée au pays du vent

Îles de la Madeleine, foin de dune, plage, mer, ciel

«Nous on est dans le vent...»*

Vivre avec le vent omniprésent, c'est être perpétuellement décoiffé, les seuls à ne pas être dépeignés dans l'archipel sont chauves.  Si le vent façonne le paysage d'ici à sa manière : herbe rase, arbres rabougris, caps érodés, dunes onduleuses et poteaux d'électricité penchés, il pousse l'individu à trouver divers moyens pour s'y adapter. Voici quelques propos éparpillés sur la question. 

*Titre d'une chanson popularisée au siècle dernier par Pierre Lalonde.

Les matières résiduelles

Plusieurs Madelinots attachent les poubelles et les couverts avec. Ce n'est pas par peur qu'elles se sauvent, mais plutôt pour éviter qu'elles s'ouvrent et sèment leur contenu à tout vent. D'ailleurs, la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine fournit à tous les contribuables un élastique muni d'un crochet pour le bac vert dans ce but.  Les résidents des Îles sont informés 24 heures à l'avance de tout report de la collecte des matières résiduelles. Quand on entend l'avis à la radio, c'est comme un mini bulletin météo : on sait qu'il va venter le lendemain.

Matières résiduelles, recyclage, poubelle, composte

À la maison

La courroie de la porte d'entrée est assez répandue. Elle sert à relier la porte à son cadre. Elle empêche cette dernière de «partir au vent». Certaines maisons anciennes ont un tambour, une petite entrée attenante à la pièce principale qui bloque l'arrivée de l'air froid dans l'habitation.  

Courroie, porte,

La voiture

Pas de courroie sur les portes de char! Parlez-en aux mécaniciens de l'archipel... Mais certains automobilistes ont développé l'habitude de garer la voiture face au vent pendant les rafales pour prévenir les dommages.

Les enfants

On couvre le visage des bébés pour éviter à l'enfant de «navrer dans le vent». (Navrer un mot de l'ancien français qui veut dire suffoquer). Quand les enfants ont grandi, certains matins on les regarde courir prendre l'autobus et on se demande à cette vitesse s'ils vont savoir s'arrêter rendus au chemin. L'avantage de ces matins-là c'est qu'ils sont bien réveillés une fois arrivés en classe.

À la plage

Un truc à mettre en pratique à la plage les jours de brise, c'est déposer une roche aux quatre coins de la serviette. Elle restera bien en place jusqu'au retour de la baignade. 

Curiosités

Un commerce peut voir sa vocation changer (du moins sur l'affichage) en un coup de vent. Une  épicerie est devenue  «pic rie»  après avoir perdu deux lettres «e» pendant une tempête.

Les drapeaux s'usent plus vite qu'ailleurs,  ils s'effilochent à toute vitesse. Et les parapluies, objets rares ici...

Quelques expressions

Être vent de bout (prononcer vent d'boute) moment difficile ou être dépassé par les événements. Une dépouille, il vante beaucoup. Perdre vent, être essoufflé. Quand le vent change de direction, on dit qu'il râle. Et quand il tombe, il calmit

Vantardises

La première année ici ça décoiffe, ça surprend. Et il y a ceux qui sourient d'un air entendu quand on raconte ne pas avoir dormi de la nuit à cause du vent. Et un beau jour, on s'aperçoit qu'on fait comme eux.

Par Suzanne Richard

Suzanne Richard est auteure, conférencière et musicienne. Elle a fait paraître un recueil de nouvelles La mer, trois kilomètres à gauche. Sa conférence Les mots et la mer traite des mots et expressions maritimes utilisés dans la langue française au quotidien.

Vos commentaires





« Retour