Le Canada et le Québec réaliseront une étude sur la création d'une aire marine protégée aux Îles-de-la-Madeleine

5 décembre 2011

Le Canada et le Québec réaliseront une étude sur la création d'une aire marine protégée aux Îles-de-la-Madeleine

 

Le ministre du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs du Québec, M. Pierre Arcand, et le député des Îles-de-la-Madeleine, M. Germain Chevarie, ont annoncé aujourd'hui un accord fédéral-provincial relatif à la réalisation d'une étude concernant la création d'une aire marine protégée aux Îles-de-la-Madeleine. Par ce geste, les gouvernements duCanada et du Québec concrétisent leur intérêt mutuel à approfondir les connaissances actuelles sur les caractéristiques uniques de la biodiversité des Îles-de-la-Madeleine dans le golfe du Saint-Laurent.

 

L'annonce d'aujourd'hui s'inscrit dans le cadre du Plan d'action Saint-Laurent 2011-2026 qui prévoit notamment une collaboration entre leCanada et le Québec en ce qui a trait à la conservation et à la mise en valeur du Saint-Laurent.

 

« Pour le gouvernement du Canada, la protection du patrimoine naturel du pays est de première importance. Le territoire des bancs de la Madeleine est une des 29 régions marines du Canada reconnues par Parcs Canada. Cette étude permettra d'approfondir nos connaissances et de définir les possibilités et les contraintes relatives à l'établissement d'une éventuelle aire marine protégée aux Îles-de-la-Madeleine », a fait savoir le ministre canadien de l'Environnement, l'honorable Peter Kent.

 

Le présent accord vise à établir les modalités de collaboration entre les gouvernements du Canada et du Québec en vue de la production d'un rapport d'évaluation qui sera déposé d'ici deux ans. Cette étude portera notamment sur les caractéristiques écologiques, économiques, sociales et culturelles du territoire, sur les enjeux de conservation et les secteurs d'intérêt pour la conservation, sur les contraintes et les possibilités relatives à l'établissement d'aires marines protégées. Les préoccupations de la population des Îles-de-la-Madeleine et des communautés autochtones feront partie intégrante de ce rapport.

 

« Le Québec s'est doté d'orientations stratégiques en matière d'aires protégées et nous nous sommes engagés à faire en sorte que 10 % de la superficie de l'estuaire et du golfe du Saint-Laurent soit protégé d'ici 2015. Aux Îles-de-la-Madeleine, nous voulons évaluer le potentiel du territoire et prendre en considération les préoccupations du milieu et des communautés autochtones concernées. Ainsi, la réalisation de cette étude nous permettra d'obtenir un portrait juste et précis des retombées potentielles d'une aire marine protégée pour la collectivité », a précisé le ministre Pierre Arcand.

 

« Comme tous les Madelinots, je suis très fier de mon coin de pays et j'ai à cœur de contribuer à son développement, un développement durable qui intègre, au-delà de la perspective économique, les dimensions environnementale et sociale. Je suis donc très heureux qu'une étude soit réalisée pour nous permettre de mesurer tout le potentiel naturel et culturel que notre archipel recèle afin d'évaluer la meilleure façon de le protéger », a commenté le député des Îles-de-la-Madeleine, M. Germain Chevarie.

 

L'étude, financée à parts égales par les deux gouvernements, sera coordonnée et coprésidée par Parcs Canada et le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs du Québec. Le Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes ainsi que l'Université du Québec à Rimouski apporteront leur expertise à cette étude, en partenariat avec les ministères concernés du Canada et du Québec. De plus, un comité consultatif composé d'acteurs du milieu sera créé afin de s'assurer d'une participation des organismes intéressés et de refléter les préoccupations régionales. Les communautés autochtones touchées seront aussi consultées dans le cadre de cette étude.

 

L'année 2011 marque le début de la Décennie des Nations Unies pour la biodiversité, laquelle célèbre la vie et l'importance de la préservation de la biodiversité sur terre. Les gouvernements du Canada et du Québec appuient l'objectif d'accroître la conservation d'aires marines et côtières et entendent poursuivre les efforts déjà entrepris pour sauvegarder la diversité biologique.

 

L'annonce d'aujourd'hui est un geste concret qui démontre la volonté des gouvernements canadien et québécois d'agir en ce sens et de protéger la biodiversité exceptionnelle du Canada et du Québec au bénéfice des générations futures. L'année 2011 marque également le 100e anniversaire de ParcsCanada à titre de premier service de parcs nationaux au monde.

 

 

- 30 -

 

Renseignements : 
Sarah Shirley 
Attachée de presse 
Cabinet du ministre 
du Développement durable, 
de l'Environnement et des Parcs 
418 521-3911 

Relations avec les médias 
Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs 
418 521-3991 

Vos commentaires





« Retour

Médias