Le produit croisière aux Îles de la Madeleine : un potentiel de développement

26 mai 2008

Le consortium DBSF et Pesca Environnement a déposé récemment au comité croisière de Tourisme Îles de la Madeleine, le rapport final de l'étude préalable au développement du produit croisières aux Îles de la Madeleine.

 

L'étude révèle qu'il y a effectivement un potentiel de développement pour les Îles de la Madeleine, qui bénéficient d'une position stratégique à la croisée des deux axes en développement soit l'axe du fleuve Saint-Laurent et l'axe Canada/ Nouvelle Angleterre.  Les compagnies de croisières interrogées lors de l'étude qualifient les Îles comme « une destination des plus attrayantes et un secret bien gardé ».   Par conséquent, il n'est pas nécessaire de développer un nouveau produit spécifiquement destiné aux croisiéristes, mais tout au plus d'apporter certaines adaptations au produit existant.  Le rapport démontre que, pour la période 2010-2014, les Îles pourraient accueillir entre 10 000 et 14 000 nouveaux croisiéristes. Les dépenses totales qui seraient injectées dans l'économie des Îles varieraient entre 1,4 et 2,7 millions de dollars.  

 

Deux autres éléments favorables à la destination sont l'émergence d'un créneau visant les bateaux de petite et moyenne taille et la concentration des croisières internationales en septembre et en octobre, ce dernier facteur correspondant tout à fait à l'objectif d'étalement de la saison que vise la destination.

 

Un élément très important à considérer dans le cas des Îles de la Madeleine est celui de la capacité portante de la destination qui, en raison des limitations d'accès au port et de la taille des entreprises d'attraits et de services, indique clairement qu'il faudrait limiter l'accueil à des navires transportant au plus entre 1 200 et 1 600 passagers. 

 

En tenant compte de ces différents facteurs, on considère donc qu'il y a un marché intéressant pour les croisières aux Îles de la Madeleine. À la lumière de l'étude, le développement n'affectera pas la viabilité de la destination dans son ensemble ainsi que la qualité de vie des résidents.  D'ailleurs, une analyse approfondie des impacts environnementaux et sociaux du projet, de même que la prise en considération des fondements de la politique-cadre en tourisme, n'indique pas d'interrelations négatives si on s'en tient à cette échelle de développement et si on assure au projet un encadrement convenable.

 

Les premières actions à mettre en place sont l'élaboration d'une politique générale d'accueil, le développement et l'aménagement du port et du cœur villageois de Cap-aux-Meules, le développement de programmes de formation, en vue d'adapter certains produits touristiques à cette clientèle et l'élaboration d'un plan de transport en fonction des dates d'arrivées potentielles des navires. 

 

La mise en œuvre du projet se fera sous la supervision d'un nouvel organisme de développement,  composé des principaux organismes de développement du milieu.  Les membres du comité croisière s'activeront dans les prochaines semaines pour tout mettre en place afin de pouvoir bénéficier de l'aide financière découlant de la nouvelle stratégie de développement durable et de promotion des croisières internationales sur le fleuve Saint-Laurent, annoncée conjointement par le ministre du Tourisme et du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exporation, monsieur Raymond Bachand et le ministre du Travail et ministre de Développement économique Canada monsieur Jean-Pierre Blackburn, le 8 mai dernier.

 

Enfin, Tourisme Îles de la Madeleine tient à remercier les partenaires financiers qui ont rendu possible la réalisation de l'étude, soient : le ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation (MDEIE), Développement économique Canada (DEC) la Conférence régionale des Élu(e)s de la Gaspésie et des Îles, et la Municipalité des Îles-de-la-Madeleine.

Vos commentaires





« Retour

Médias